Rechercher
  • Frédéric Boucher

Une sonate pour alto et violoncelle par le duo Gallis

Voilà un CD que l’on écoute avec grand plaisir parce qu’il s’agit pour beaucoup d’entre nous d’une double découverte : celle d’un compositeur très peu connu – pour ne pas dire inconnu – et celle d’une formation peu commune : le duo alto-violoncelle.


Ce compositeur à découvrir s’appelle George Templeton Strong. Il est le fils de… George Templeton Strong. Le père était avocat, ami de Lincoln, Président de la New York Philharmonic Society, le fils deviendra compositeur et aquarelliste.


A l’âge de vingt-trois ans, en 1879, George Templeton Strong quitte les Etats-Unis pour l’Europe où il étudie au Conservatoire de Leipzig avant de devenir altiste au Gewandhaus. Il fréquente les proches de Liszt et de Wagner et se rend à Weimar rencontrer le maître des lieux à qui il dédiera un poème symphonique. Il rentre en Amérique pendant deux ans puis s’installe définitivement en Suisse où il mourra en 1948. Son œuvre, toute germanisante, qui ne doit rien à la culture américaine, comprend trois symphonies, des poèmes symphoniques, des œuvres chorales, des œuvres de musique de chambre et de nombreuses pièces pour piano. Ernest Ansermet et Arturo Toscanini notamment inscriront ses œuvres à leur répertoire. Après la Première Guerre Mondiale, George Templeton Strong, conscient que son esthétique post-romantique n’est plus vraiment dans l’air du temps, se consacre davantage à l’aquarelle.


La sonate pour alto et violoncelle date de 1916. Très belle, très romantique, elle ne manque pas d’élans passionnés ni de moments nostalgiques comme dans le superbe mouvement lent qui sert de partie centrale au deuxième mouvement. L’alliance alto-violoncelle est surprenante par sa complémentarité.


Il faut dire que l’altiste Mathieu Lamouroux et la violoncelliste Bertille Arrué sont parfaitement à l’aise dans ce répertoire où leur musicalité et leur entente font merveille. C’est en 2013 que ces deux musiciens ont formé le duo Gallis. Tout en explorant avec enthousiasme le répertoire pour alto et violoncelle, de l’époque baroque jusqu’à nos jours, ils ont à cœur de rendre la musique classique plus accessible en l’intégrant par exemple dans des spectacles comme celui qu’ils donnent avec la comédienne Délia Espinat Dief: :« 1939-1945 : Vivre ou survivre en musique - Musiciens français et allemands face à la domination nazie ».


Un CD à écouter, un duo à suivre attentivement.


Frédéric Boucher, pour Le Mag d’Holmès, 9 décembre 2019



0 vue

©2019 by Académie Musicale Augusta Holmès. Proudly created with Wix.com